Paiement en ligne
Les obligations du GE découlant des missions de division de propriété et d’implantation

Les obligations du GE découlant des missions de division de propriété et d’implantation

Publié le : 20/04/2020 20 avril avr. 04 2020

1.    Définition 

C'est l'article 1er de la loi no 46-942 du 7 mai 1946 (JO 8 mai) modifiée par la loi no 94-529 du 28 juin 1994 (JO 29 juin), qui donne la définition du géomètre. 
Ainsi, le géomètre est un technicien exerçant une profession libérale qui, en son propre nom et sous sa responsabilité personnelle :

« 1° Réalise les études et les travaux topographiques qui fixent les limites des biens fonciers et, à ce titre, lève et dresse, à toutes échelles et sous quelque forme que ce soit, les plans et documents topographiques concernant la définition des droits attachés à la propriété foncière, tels que les plans de division, de partage, de vente et d'échange de biens fonciers, les plans de bornage ou de délimitation de la propriété foncière,

2° Réalise les études, les documents topographiques, techniques et d'information géographique dans le cadre de missions publiques ou privées d'aménagement du territoire, procède à toutes opérations techniques ou études sur l'évaluation, la gestion ou l'aménagement des biens fonciers » (L. no 46-942, 7 mai 1946, art. 1er, mod. par L. no 87-998, 15 déc. 1987, JO 16 déc.).

2.    Obligations pratiques Selon l’ordre des Géomètres-experts 

La mission de division de propriété consiste à évaluer la faisabilité de la division, à expliquer les étapes nécessaires à la constitution du dossier puis à réaliser la division.

La mission d’implantation consiste au préalable à dépouiller et vérifier la cohérence des éléments fournis par le maitre d’œuvre. 

Le géomètre-expert définit ensuite en accord avec le maitre d’œuvre la précision à atteindre. 

Puis il procède aux calculs préalables à l’implantation, matérialise l’implantation sur le terrain et effectue les mesures de contrôle nécessaires puis livre l’épure de piquetage correspondante.

En planimétrie l’implantation permet de matérialiser la position et l’emprise d’un ouvrage à réaliser.

3.    Responsabilité cantonnée à ses missions Selon la jurisprudence

Au terme de la Jurisprudence actuelle la Responsabilité Civile Décennale du GE peut être engagée, notamment sur des erreurs d’implantation et sur des VRD même non liés à un bâtiment, dès lors qu’après la réception est constaté un désordre qui porte atteinte à la solidité de l’ouvrage, à sa destination ou à la sécurité des personnes, et ceci quel que soit l’importance des travaux qu’il a été amené à réaliser sur l’ouvrage (CA Grenoble, 2e, ch. civ., 28 aout 2012).

Cependant, dans l'opération de construction, le géomètre a pour mission de lever puis de dresser les documents topographiques ou les plans de biens fonciers et de fixer les limites des propriétés immobilières. Il détermine l'implantation future de l'immeuble à construire. S'il commet une erreur dans ses missions, il est responsable de ses conséquences. (Cour de cassation, 3e civ., 28 févr. 2007, X... c/ SBTPC - Pourvoi n° 05-20.754, Arrêt n° 184 FS-D).

La responsabilité du GE ne peut être engagée que dans les cadres des tâches ressortant des missions qui lui ont été contractuellement confiées (CA Versailles 12e, ch. 16 mars 2006 ; Cass. 3e, civ. 4 nov. 1999).

Selon la Cour de cassation, le géomètre auquel il n’a pas été confié de mission comprenant une intervention en tant que géologue, ne peut pas voir sa responsabilité engagée du fait de l’impropriété d’un immeuble à sa destination en raison de l’absence de vérification de la nature du sol – en l’espèce, risques particuliers inhérents à la dissolution des roches gypseuses – (Cass., 3e, civ. 16 mars 1994, n° 92-10.198 Arrêt n° 510).

Un maitre d’œuvre ne peut pas davantage mettre en cause, un géomètre expert dans la mesure où celui-ci a été inscrit dans le marché en tant que géomètre expert et non en tant que maître d'œuvre, et le GE n'étant pas terrassier, il incombait au maitre œuvre de définir les travaux à exécuter (CA Versailles – 16 mars 2006 – n° 05/02721).

Un géomètre-expert, chargé de dresser le plan d'implantation d'un immeuble, s'était servi d'un plan sommaire des canalisations souterraines délivré par les services municipaux qui lui avait été remis par le maître d'ouvrage. Ce plan s'étant révélé inexact, l'enfoncement d'un pieu avait provoqué la rupture du collecteur d'eaux usées de la ville. Pour se dégager de sa responsabilité, le géomètre faisait remarquer qu'il n'avait pas été chargé de vérifier le plan remis par les services municipaux. Mais les juges ont estimé qu'il devait vérifier de façon précise l'emplacement des canalisations et qu'il prenait la responsabilité de l'exactitude de leur tracé dès lors qu'il les faisait figurer sur son plan. Il a donc été déclaré en partie responsable du dommage subi par le maître d'ouvrage (Cass. 3e civ., 14 janv. 1975, n° 73-13.979 : Bull. civ. III, n° 6).

Engage sa responsabilité le géomètre qui a commis une erreur au moment des opérations de piquetage matérialisant l'emplacement des futurs bâtiments (Cass. 3e civ., 28 févr. 2007, n° 05-20.754).

4.    En conclusion

Dans le cadre de ses missions de division en lots, de bornage amiable contradictoire, et d’implantation, le géomètre-expert ne peut voir sa responsabilité engagée que dans la limite spécifique de ses interventions contractuellement encadrées.

Historique

  • Retards dans l'exécution de marchés publics de travaux et réception avant leur achèvement
    Publié le : 29/05/2020 29 mai mai 05 2020
    Actualités
    Retards dans l'exécution de marchés publics de travaux et réception avant leur achèvement
    En matière de marchés publics, la réception des travaux est la décision par laquelle l’acheteur (le pouvoir adjudicateur) déclare que les prestations sont conformes à ce qui était convenu dans le cadre du marché, et accepte avec ou sans réserves, les travaux. La réception a lieux à l’achèvement...
  • Le permis de construire modificatif
    Publié le : 27/05/2020 27 mai mai 05 2020
    Actualités
    Le permis de construire modificatif
    Lorsqu’un permis de construire a été délivré et que son bénéficiaire souhaite apporter des modifications à la construction prévue initialement, il lui est possible de notifier ces changements à l’administration sans avoir à redéposer une demande complète, par le biais d’un permis de construire mo...
  • Refus de reconstruction d'un ouvrage démoli
    Publié le : 13/05/2020 13 mai mai 05 2020
    Actualités
    Refus de reconstruction d'un ouvrage démoli
    Toute construction nécessite une autorisation d’urbanisme dont il est impossible de passé outre, quand bien même il s’agit de reconstruire l’ouvrage démoli par un cas de force majeure.  Un particulier l’a appris à ses dépens, puisque suite à un incendie, son pavillon d’habitation est détruit...
  • Crise du Covid 19 et impact sur les autorisations d'urbanisme
    Publié le : 30/04/2020 30 avril avr. 04 2020
    Actualités
    Crise du Covid 19 et impact sur les autorisations d'urbanisme
    La crise sanitaire actuelle a contraint le gouvernement à prendre des mesures modifiant les règles applicables concernant certains délais, notamment ceux qui touchent la matière de l’urbanisme, au travers de l’ordonnance du 25 mars 2020 (n°2020-306) et d’une ordonnance du 15 avril 2020 (n°2020-42...
  • Les obligations du GE découlant des missions de division de propriété et d’implantation
    Publié le : 20/04/2020 20 avril avr. 04 2020
    Actualités
    Les obligations du GE découlant des missions de division de propriété et d’implantation
    1.    Définition  C'est l'article 1er de la loi no 46-942 du 7 mai 1946 (JO 8 mai) modifiée par la loi no 94-529 du 28 juin 1994 (JO 29 juin), qui donne la définition du géomètre.  Ainsi, le géomètre est un technicien exerçant une profession libérale qui, en son propre nom et sous sa responsa...
  • Impact du Covid-19 en droit de la copropriété
    Publié le : 17/04/2020 17 avril avr. 04 2020
    Actualités
    Impact du Covid-19 en droit de la copropriété
    La propagation du Covid-19 et les mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire qui touche actuellement le pays, paralysent un grand nombre d’activités. Via la loi d’urgence du 23 mars 2020 pour faire face à l'épidémie de covid-19 (n°2020-290) et les ordonnances prises en conséquence, le gou...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.