Paiement en ligne
Refus d’autorisation d’urbanisme et pièces complémentaires indûment demandées

Refus d’autorisation d’urbanisme et pièces complémentaires indûment demandées

Publié le : 26/02/2020 26 février févr. 02 2020

La déclaration préalable de travaux est une autorisation d’urbanisme exigée pour certains travaux qui ne nécessitent pas l’obtention d’un permis de construire, mais permet de vérifier que les règles d’urbanisme sont respectées. 
Faite auprès de la mairie, la déclaration s’accompagne de pièces justificatives, leur demande et leur nature sont délimitées par le Code d’urbanisme. 

Récemment, la Haute juridiction administrative a du se pencher sur la question concernant la fourniture de pièces complémentaires injustement demandées pouvant justifier l’illégalité du refus d’autorisation de l’administration. 

Dans l’affaire, un particulier a fait une demande d’autorisation préalable de travaux pour la réfection d’un hangar et des pièces complémentaires lui sont demandées par la mairie, qu’il transmet, or la demande de transmission de ces dernières n’était pas régulière. 
En réponse à la demande d’autorisation préalable le maire de la commune oppose un refus. 

Le propriétaire saisi le Tribunal administratif en annulation du refus pour excès de pouvoir et le tribunal fait droit à sa demande. 
Sur appel de la commune, la Cour administrative d’appel annule le jugement rendu par la juridiction de premier degré, le particulier se pourvoi devant le Conseil d’État pour annulation de la décision de la Cour administrative d’appel, et demande l’annulation de la décision s’opposant à la déclaration préalable. 

Le Conseil d’État rejette sa demande et indique que lorsque le dépositaire d’une demande préalable de travaux qui « en réponse à la demande de pièces complémentaires, a fourni une pièce qui a été indûment demandée car ne figurant pas sur la liste limitative des pièces prévue par les dispositions des articles R. 431-36 et R. 431-16 du code de l’urbanisme citées au point 4, cette irrégularité n’est pas, par elle-même, de nature à entraîner l’illégalité de la décision de l’autorité administrative refusant de faire droit à la demande d’autorisation ».

Le Conseil précise également que l’administration ne peut légalement refuser l’autorisation d’urbanisme demandée en se fondant sur la consistance du projet au vu d’une pièce qui ne relève pas de la liste limitative

Mais en l’espèce, le refus de la mairie n’est même pas fondé sur les pièces complémentaires mais sur un rapport d’expertise et un constat d’huissier accompagné de photographies, d’où il ressort que le hangar objet de la demande, est dans un état de délabrement tel, que les travaux doivent être regardés comme une reconstruction soumise à l’obtention d’un permis de construire. 

Par cette décision, le Conseil d’État précise que la demande à tort de pièces complémentaires non prévues par le Code d’urbanisme ne confère pas un droit particulier au dépositaire d’une déclaration préalable d’obtenir l’autorisation, mais, l’administration ne doit pas pour autant fonder son refus sur ces éléments qu’elle n’était pas en droit de demander


Référence de l’arrêt : Conseil d’État 6ème et 5ème chambres 13 novembre 2019 n°419067
 

Historique

  • Le retard de livraison de l’ouvrage
    Publié le : 27/02/2020 27 février févr. 02 2020
    Actualités
    Le retard de livraison de l’ouvrage
    Dans le cadre d’un contrat de construction de maison individuelle (CCMI), ce dernier prévoit une date de livraison de l’ouvrage, et toute construction impose normalement un planning détaillé jusqu’à son achèvement. Quels sont les moyens d’action lorsqu’il y a du retard dans la livraison ?  Les d...
  • Refus d’autorisation d’urbanisme et pièces complémentaires indûment demandées
    Publié le : 26/02/2020 26 février févr. 02 2020
    Actualités
    Refus d’autorisation d’urbanisme et pièces complémentaires indûment demandées
    La déclaration préalable de travaux est une autorisation d’urbanisme exigée pour certains travaux qui ne nécessitent pas l’obtention d’un permis de construire, mais permet de vérifier que les règles d’urbanisme sont respectées.  Faite auprès de la mairie, la déclaration s’accompagne de pièces ju...
  • Contrat de Construction de Maison Individuelle : réception judiciaire en l’absence de réception amiable
    Publié le : 27/01/2020 27 janvier janv. 01 2020
    Actualités
    Contrat de Construction de Maison Individuelle : réception judiciaire en l’absence de réception amiable
    La réception est l’acte par lequel le maître d’ouvrage accepte, avec ou sans réserves, les travaux réalisés par un tiers. L’article 1792-6 du Code civil prévoit dans son premier aliéna, qu’à défaut de réception amiable des travaux, celle-ci peut être effectuée de manière judiciaire. Réguliè...
  • Qu’est-ce que la Déclaration Attestant l’Achèvement et la Conformité des Travaux (DAACT) ?
    Publié le : 23/12/2019 23 décembre déc. 12 2019
    Actualités
    Qu’est-ce que la Déclaration Attestant l’Achèvement et la Conformité des Travaux (DAACT) ?
    Le titulaire d’un permis de construire ou d’aménager (ou son mandataire), a l’obligation d’adresser une déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux effectués en vertu de l’autorisation d’urbanisme.  Les formalités  Le dépôt de la DAACT se fait en mairie via un formulaire...
  • Acceptation de l’ouvrage avec réserves : la responsabilité décennale peut être engagée
    Publié le : 04/12/2019 04 décembre déc. 12 2019
    Actualités
    Acceptation de l’ouvrage avec réserves : la responsabilité décennale peut être engagée
    L’article 1792 du Code civil pose pour principe que tout entrepreneur ayant participé à la construction d’un ouvrage, est susceptible de voir sa responsabilité engagée dans un délai de dix ans à compter de la réception.  Ce principe s’applique lorsque des dommages sont constatés et compromettent...
  • Les parties communes d’une copropriété
    Publié le : 22/11/2019 22 novembre nov. 11 2019
    Actualités
    Les parties communes d’une copropriété
    La définition donnée aux parties communes est posée par la loi du 10 juillet 1965 (n°65-557), dans son article 3, qui précise qu’elles correspondent aux parties des bâtiments ou des terrains affectés à l’usage ou à l’utilité de tous les copropriétaires, ou de plusieurs d’entre eux.  Ce même ar...
<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.