Rappel : la réception judiciaire doit être prononcée à la date à laquelle l’ouvrage est en état d’être reçu

Rappel : la réception judiciaire doit être prononcée à la date à laquelle l’ouvrage est en état d’être reçu

Publié le : 13/07/2023 13 juillet juil. 07 2023

L’article 1792-6 du Code de construction fixe les conditions qui entourent la réception d’un ouvrage, comme l’acte par lequel le maître d’ouvrage accepte celui-ci, avec ou sans réserve, et qui intervient à la demande de la partie la plus diligente, soit à l’amiable sinon à défaut, judiciairement.
Cette étape, qui constitue la phase finale des travaux, doit obligatoirement être prononcée de manière contradictoire, et permet de faire courir les délais légaux concernant les différentes garanties de construction, dont dispose le nouveau propriétaire.


La Cour de cassation a été saisie le 22 juin dernier d’un litige où, à la suite de la conclusion d’un contrat de construction de maison individuelle, le maître d’ouvrage avait refusé la réception de l’ouvrage, se plaignant de désordres.
Après la réalisation d’une expertise, le maître d’ouvrage avait assigné la société de construction en réparation de divers préjudices, la société de construction l’avait quant à elle assigné aux fins de voir prononcer la réception judiciaire de l’ouvrage, et en paiement du solde du prix.

Devant la Cour d’appel, la date de réception judiciaire est fixée au 25 novembre 2019 et la condamnation de la société de construction est limitée à une certaine somme au titre des pénalités de retard, actualisée à cette date, au motif qu’à compter de cette date, le maître d’ouvrage disposait de l’indemnisation lui permettant de réaliser les travaux pour rendre la maison habitable. Pour autant, la juridiction de second degré constatait que l’ouvrage ne pourrait être « en état d’être reçu et habitable » qu’au prix de « travaux conséquents exécutés sous la responsabilité d’un maître d’œuvre » et après « une demande de permis modificatif ».

Le litige est porté devant la Cour de cassation qui, par conséquent, reproche à la cour d’appel de ne pas avoir tiré les conséquences légales de ses propres constatations, violant ainsi l’article 1792-6 du Code civil.

En effet, au visa et de cette disposition et de la jurisprudence du 21 mai 2003 (Cass. civ 3ème, n°02-10.052), la Haute juridiction rappelle que la réception judiciaire doit être prononcée à la date à laquelle l’ouvrage est en état d’être reçu, c’est-à-dire, pour un immeuble d’habitation, en état d’être habité.

En l’espèce, pour prononcer la réception judiciaire au 25 novembre 2019, la Cour d’appel avait retenu qu’à cette date, le maître d’ouvrage disposait, après règlement par le constructeur des condamnations prononcées à son encontre par le jugement, de l’indemnisation lui permettant de réaliser les travaux pour rendre la maison habitable. Or, en statuant ainsi, par des motifs impropres à caractériser l’état habitable de la maison à la date retenue, la cour d’appel avait violé le texte susvisé.


Le cabinet VILA AVOCATS intervient aussi bien en qualité de Conseil pré-contentieux, que dans le cadre d’un litige concernant les domaines du Droit de la construction, de la Copropriété, de l’immobilier et de l’urbanisme.  

Nous sommes à votre disposition, à Montpellier et à Arles pour toute précision complémentaire.


Référence de l’arrêt : Cass. civ 3ème du 22 juin 2023, n°22-12.816
 

Historique

  • Obligation d'assurance de l'ouvrage accessoire à la construction
    Publié le : 28/07/2023 28 juillet juil. 07 2023
    Actualités
    Obligation d'assurance de l'ouvrage accessoire à la construction
    En matière d’assurance décennale, l’article L 243-1-1 du Code des assurances dresse une liste des ouvrages qui, par nature, sont exclus de cette obligation d’assurance, comme les ouvrages maritimes, héliportuaires, les ouvrages de traitement de résidus urbains, de déchets industriels et d'effluen...
  • La gestion du retard de livraison en VEFA
    Publié le : 20/07/2023 20 juillet juil. 07 2023
    Actualités
    La gestion du retard de livraison en VEFA
    L’achat d’un bien par vente en l’état futur d’achèvement (VEFA), aussi appelée achat sur plan, constitue un mode d’acquisition d’un bien immobilier prisé, puisqu’il permet d’acheter un bien neuf et personnalisé, où l’acquéreur devient progressivement propriétaire de l’ouvrage, au fur et à mesure...
  • Rappel : la réception judiciaire doit être prononcée à la date à laquelle l’ouvrage est en état d’être reçu
    Publié le : 13/07/2023 13 juillet juil. 07 2023
    Actualités
    Rappel : la réception judiciaire doit être prononcée à la date à laquelle l’ouvrage est en état d’être reçu
    L’article 1792-6 du Code de construction fixe les conditions qui entourent la réception d’un ouvrage, comme l’acte par lequel le maître d’ouvrage accepte celui-ci, avec ou sans réserve, et qui intervient à la demande de la partie la plus diligente, soit à l’amiable sinon à défaut, judiciairement....
  • VEFA : c'est au garant de prouver qu’il a financé la réalisation des ouvrages correspondant au solde du prix qu’il réclame
    Publié le : 26/06/2023 26 juin juin 06 2023
    Actualités
    VEFA : c'est au garant de prouver qu’il a financé la réalisation des ouvrages correspondant au solde du prix qu’il réclame
    La garantie d’achèvement est un mécanisme assurantiel qui garantit à l’acheteur d’être assuré que le bien sera achevé, et ce y compris en cas de défaillance du constructeur. Récemment, la Cour de cassation a rappelé que le garant de l’achèvement d’une vente en l’état future d’achèvement (VEFA),...
  • Droit de passage : définition et fonctionnement
    Publié le : 26/06/2023 26 juin juin 06 2023
    Actualités
    Droit de passage : définition et fonctionnement
    Lorsqu’un terrain se trouve enclavé, c’est-à-dire dès lors qu’il ne dispose d’aucun accès à la voie publique, sinon que cet accès est, trop étroit, difficile, voire inaccessible ou dangereux, son propriétaire dispose d’un droit de passage sur un fonds voisin, afin de rejoindre la voie publique....
  • La présence de déchets dans le sous-sol du terrain constitue un vice caché
    Publié le : 26/06/2023 26 juin juin 06 2023
    Actualités
    La présence de déchets dans le sous-sol du terrain constitue un vice caché
    La propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous, par conséquent, le propriétaire d’un terrain reste responsable des vices qui affectent celui-ci, à l’instar de pollutions et d’enfouissements des déchets. Pour autant, les diagnostics pollution des sols ou les études de sol avant-...
<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>