L'obligation de remise en état des ICPE

L'obligation de remise en état des ICPE

Publié le : 27/07/2022 27 juillet juil. 07 2022

Les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), sont celles susceptibles, de par leurs activités dangereuses, de créer des risques, provoquer des pollutions ou nuisances envers la sécurité et la santé des riverains.
À ce titre, les activités concernées par ce classement font l’objet de règles spéciales, qui imposent notamment à l’exploitant une obligation de déclaration et d’enregistrement, voire d’autorisation pour les installations qui présentent les risques les plus importants. 
Et lorsqu’il est envisagé la cessation définitive de l’activité, sur le fondement du célèbre principe du pollueur-payeur, figure dès lors parmi les dispositions qui régissent les ICPE, l’obligation de remise en état du site exploité. 


L’ensemble des établissements relevant de la législation ICPE, soit selon le Code de l’environnement (Article L 511-1), les « usines, ateliers, dépôts, chantiers et, d’une manière générale, les installations exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la commodité du voisinage, soit pour la santé, la sécurité, la salubrité publiques, soit pour l’agriculture, soit pour la protection de la nature et de l’environnement, soit pour la conservation des sites et des monuments ainsi que des éléments du patrimoine archéologique », sont concernées par l’obligation de remise en état. 

En pratique, cette obligation suppose que lorsqu’un exploitant d’une ICPE met son activité à l’arrêt de manière définitive, celui-ci « place son site dans un état tel qu'il ne puisse porter atteinte aux intérêts mentionnés à l'article L. 511-1 et qu'il permette un usage futur du site déterminé conjointement avec le maire ou le président de l'établissement public de coopération intercommunale compétent en matière d'urbanisme et, s'il ne s'agit pas de l'exploitant, le propriétaire du terrain sur lequel est sise l'installation ». Lorsqu’un accord est impossible, l’exploitant doit permettre « un usage futur du site comparable à celui de la dernière période d'exploitation de l'installation mise à l'arrêt » (article L 512-6-1 du Code de l’environnement).

En d’autres termes, l’exploitant est tenu de dépolluer le site où il exerçait son activité jugée dangereuse ou à risque, pour qu’il puisse être employé à un autre usage. 

S’il s’avère que la réhabilitation du site est incompatible avec l'usage futur de la zone, l'exploitant qui souhaite mettre l'installation à l'arrêt définitif doit alors informer l’administration, et le préfet peut fixer des prescriptions de réhabilitation plus contraignantes pour permettre un usage du site cohérent avec les documents d'urbanisme. L’autorité administrative prise en la personne du préfet peut par ailleurs fixer un délai contraignant pour la réhabilitation du site et afin que les objectifs et obligations soient atteints (article L 512-22 du Code de l’environnement). 

Lorsque les travaux et différentes opérations de réhabilitation ont été réalisés (venting, bioventing, oxydation chimique, stabilisation physico-chimique, confinement, etc.), l'exploitant doit alors faire attester, « par une entreprise certifiée dans le domaine des sites et sols pollués ou disposant de compétences équivalentes en matière de prestations de services dans ce domaine », que les mesures relatives à la mise en sécurité, ainsi que de l'adéquation des mesures proposées pour la réhabilitation du site, ont bien été mise en œuvre. 

Compte tenu du fait que la procédure de réhabilitation puisse s’avérer longue, la loi autorise au nouvel exploitant ou l’aménageur du site à se substituer à l’exploitant dans cette obligation, en prenant à sa charge la réhabilitation (article L 512-21 du Code de l’environnement), à condition d’en faire la demande auprès du représentant de l’État dans le département. 

Enfin, l'obligation de remise en état d’une ICPE se prescrit par 30 ans à partir de la date à laquelle la cessation d’activité a été portée à la connaissance de l’administration, sauf lorsque les dangers ont volontairement été dissimulés. 

Le cabinet VILA AVOCATS intervient aussi bien en qualité de Conseil pré-contentieux, que dans le cadre d’un litige concernant les domaines du Droit de la construction, de la Copropriété, de l’immobilier et de l’urbanisme.    
    
Nous sommes à votre disposition, pour toute précision complémentaire.  

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.